Month: January 2014

MDMD – An experimental short-film on cartography

MDMDThe idea of producing a short film on cartography and narrative started in June 2012 during a workshop in ETH Zurich, and is now shaping up nicely. Artists and filmmakers have been working in collaboration with Barbara Piatti and others and have just released the trailer for this experimental short-film.

The project is a mockumentary suggesting a secret research in the dark dungeons of ETH Zurich. One of Switzerlands most important cartographers, Prof Ed Imhof went out for an expedition into the Peruvian Andes, to measure some mountains. However, during his excursion an event unforeseen must have occurred and he started to question the role of cartography for the people…

To learn more about this amazing cartographic story, WATCH THE TRAILER

Appel à communication “Cartographie et récits”, Montréal, 12-13 mai 2014

This colloquy is organised by the art and cartography commission. All the presentations and discussions will be in French since it is part of the “Association canadienne-française pour l’avancement des sciences.” For questions, please contact sebastien.caquard@concordia.ca

Cartographier les récits : enjeux méthodologiques et technologiques

82e congrès de l’ACFAS, Université Concordia, Montréal (QC) / 12-13 mai 2014

Colloque organisé par Sébastien Caquard (Université Concordia) et Thierry Joliveau (Université J. Monnet de Saint-Etienne)

Appel à communications

Depuis les travaux fondateurs de Franco Moretti (1999) en cartographie littéraire, il est apparu possible de cartographier des objets aussi porteurs de subjectivité que des personnages de roman. De la carte du Tendre que Madeleine de Scudéry adjoint à son roman en 1654 au Discours sur les passions de l’amour qui sous-titre le Guide psychogéographique de Paris de Guy Debord en 1957, on repère une nécessité de cartographier des affects et des sentiments, d’organiser spatialement des récits personnels, qu’ils soient fictionnels ou non. L’apparition des outils numériques et les moyens de géolocalisation semblent changer techniquement la donne. L’engouement pour les activités dites néogéographiques s’est accompagné de la mise à disposition d’un nombre croissant d’applications sur Internet spécialement dédiées à la cartographie des récits (ex. http://storymaps.esri.com; www.tripline.net; http://mapstory.org/). Un  internaute peut désormais recourir à ces outils pour spatialiser toutes sortes de récits qu’ils soient fictionnels ou documentaire, individuels ou collectifs, présents ou passés, anecdotiques ou symboliques. Un premier examen des récits cartographiques produits avec ces outils confirme l’inadaptation de la cartographie conventionnelle (numérique ou non) pour représenter les dimensions sensibles des récits. La projection sur un fond topographique et le respect de l’espace euclidien apparaissent souvent réducteurs. De nombreux auteurs proposent donc de se tourner vers des modes d’expressions cartographiques alternatifs, souvent inspirés de pratiques artistiques, pour représenter les dimensions émotionnelles, politiques et sociales de certains récits.

L’objectif de ce colloque est de permettre aux chercheurs en sciences sociales, aux artistes, journalistes ou communicants intéressés par la cartographie des récits de prendre connaissance des récents développements technologiques, conceptuels et méthodologiques qui ont émergé depuis quelques années dans ce domaine. Ces présentations de projets et retours d’expériences seront accompagnés d’échanges et de discussions visant à apporter des éléments de réponses à certaines des questions auxquelles est actuellement confrontée la cartographie des récits. Quels sont les atouts et limites des approches numériques pour une cartographie du sensible ? Les nouveaux capteurs permettant l’enregistrement automatique et objectif d’éléments de récits ouvrent-ils un espace à une expression personnelle des affects et de l’émotion ? Quelles sont les potentialités offertes par les approches cartographiques artistiques ? Comment jongler cartographiquement entre un espace abstrait et imaginaire et un espace concret et topographique ? C’est autour de ces questions méthodologiques, technologiques et conceptuelles que nous proposons de structurer ce colloque.

Soumission des propositions de communications :

Ce colloque est ouvert aux chercheurs, étudiants, artistes et professionnels intéressés à présenter leurs travaux relatifs à la cartographie des récits. Toutes les personnes intéressées sont invitées à soumettre un résumé (500 mots maximum) décrivant clairement le projet. La date limite de soumission des résumés est le 31 janvier 2014. Les résumés doivent être envoyés par courriel aux deux co-organisateurs du colloque : thierry.joliveau@univ-st-etienne.fr et sebastien.caquard@concordia.ca

Note : une version courte des résumés retenus devra être envoyée par la suite pour être intégrée dans le programme officiel du colloque.

Calendrier

  • 23 Décembre 2013 : Diffusion de l’appel à communication
  • 31 janvier 2014 : Date limite de soumission des résumés par les participants
  • 15 février : Notification de l’acceptation (ou non) des propositions soumises
  • 20 février : Soumission des versions courtes des résumés (1,500 caractères, espaces inclus) par les participants
  • 28 février : Soumission du programme complet du colloque par les organisateurs
  • 12-13 mai : Tenu du colloque (note : le colloque se tiendra sur un ou deux jours dépendamment du nombre de communications retenues).

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’informations complémentaires.

Cordialement,

Thierry Joliveau et Sébastien Caquard